Bulletin n°2 : L’étang et la chaussée de Gouvieux

samedi 21 avril 2012
par  Société Historique de Gouvieux
popularité : 82%

L'étang et la chaussée de Gouvieux


Sommaire

- Plan-vue (reconstitution d’après un procès verbal de 1658)
- Chronologie : les différents propriétaires de l’étang.
- Communications : la voie antique de Paris à Amiens.
- Origines : un simple chemin qui devient digue.
- L’étang et la Chaussée de Gouvieux : aménagement
- Faux et usage de faux : des moutons godviciens à Chantilly
- Fait divers : Landru à la Chaussée
- Industrie : la source de la Chaussée
- Littérature
- Index


En 1910, le Comité archéologique de Senlis, dans ses comptes-rendus et Mémoires, publiait L’étang et la chaussée de Gouvieux, oeuvre de Gustave Macon, alors conservateur-adjoint du Musée Condé à Chantilly. C’est cette étude, très dense, que la S.H.G. a réédité dans les pages de son bulletin n°2.

Ce travail, en effet, restitue l’histoire peu commune d’un domaine ayant eu son identité propre, mais dont l’histoire est indissociable de celle de Gouvieux, et qui fut ruiné en 1658 à la suite d’une inondation catastrophique.

Bien qu’aidé par plusieurs cartes et plans, le lecteur doit faire un effort d’imagination pour évoquer le paysage que conditionnait l’étang de Gouvieux, vaste plan d’eau s’étirant depuis le hameau de la Chaussée jusqu’à bien près du château de Chantilly, occupant les lieux dits Prairie de la Chaussée, le Chauffour, les Fontaines, le Val Saint-Georges et la Canardière.

En raison des nombreux documents écrits en anciens français édités dans cette étude, la lecture de certaines pages est parfois délicate ; nous avons pensé « éclairer » le texte par des notes et des commentaires marginaux ; ceux-ci précisent aussi les sources de certains documents et donnent une information complémentaire sur les personnages et les événements cités tout au long de cette belle étude. Travail long et difficile mais utile, nous le pensons, car complété par deux index.

L’ensemble, édité dans le respect du texte original, pourra dorénavant servir de référence à bien des études historiques.

Le projet d’édition du texte de Gustave Macon a été, l’occasion pour la S.H.G., de mener des recherches nouvelles sur le sujet. Plusieurs articles accompagnent donc l’ouvrage que nous rééditons. L’histoire de la création de l’étang, et même, si l’on peut dire, sa pré-histoire, sont retracées dans deux articles qui renouvellent et éclairent la question. De même, un article retraçant l’occupation de la vallée laissée libre par l’assèchement de l’étang nous permet de suivre la mise en place du fameux réseau de canaux du domaine de Chantilly qui, il faut dire, sans la perte de notre étang n’existerait pas. L’histoire récente n’a pu être qu’effleurée en raison du volume limitée de notre bulletin ... On trouvera néanmoins des renseignements nouveaux sur la source d’eau ferrugineuse de La Chaussée, sur l’usage de la Pelouse de Chantilly et même sur un personnage nommé Landru.