30 août 1944 : la Libération de Gouvieux

samedi 30 août 2014
par  Société Historique de Gouvieux
popularité : 70%

La progression des armées alliées est fulgurante. De fait les armées d’occupation quittent l’Oise en désordre et rapidement. Gouvieux est libérée le 30 août. Il n’y a pas eu d’engagement à l’arrivée des Libérateurs, alors qu’à Lamorlaye de sérieux accrochages ont lieu. Pour revivre ce que fut ces quelques heures, nous vous livrons le témoignage d’une godvicienne.

Témoignage de mademoiselle Cuinier à propos de cette fin août 1944 :
  • 28 août : « La nuit passage de troupes à pieds. »
  • 29 août : « Passage de troupes à pieds. C’est un véritable repli – une retraite. Après un passage chez des amis, je rentre à la maison (ndla : rue de Boran) pour croiser comme de coutume des troupes en repli. Néanmoins la place du Cochouy (1) est pleine d’Allemands qui descendent des camions et semblent en tenue et position de combat. Rien d’effrayant ni de comparable dans les détonations avec les coups de canon de ces derniers jours. Jours et nuit les soldats passent sous les fenêtres. Je ferme les volets. On dit que la résistance se bat avec eux à Lamorlaye. »
  • 30 août : « Vers 7 heures et demi, où le calme apparaît, je file à l’eau avec Noëlla. Je la laisse tirer son eau et je file chez grand-mère Mellé (ndla : rue de la mairie) faire un saut. Au retour Noëlla n’est plus seule. Les Allemands se sont groupés sur cette place et descendent leurs mitrailleuses en direction de Précy. On entend ça et là quelques coups de fusils. Cela vient du château des Bouleaux. Ils traînent les jambes. Les derniers S.S. sont méchants parait-il (2) ! Ils passent …
    Quelques minutes plus tard arrive une petite auto avec une demi douzaine de résistants de Lamorlaye et le drapeau tricolore.
    Joie générale - Drapeaux
    Le soir même Sinet (3) est mis dehors. »
  • 31 août : « Drapeaux dans la ville. Le matin Sinet retourne en mairie. L’après-midi coupe de cheveux (4). Chant de l’Internationale. Moi je vais à l’hospice à Chantilly. Les américains visitent les blessés. »
(Signé) Yolande Cuinier

Notes de la S.H.G. :
(1)  : actuelle place Charles de Gaulle
(2)  : aucune trace de passage d’unité S.S. à Gouvieux.
(3)  : monsieur Sinet était le maire de Gouvieux.
(4)  : plusieurs femmes, « accusées de collaboration avec l’ennemi » furent « arrêtées » et emmenées sur la place de la mairie et eurent les cheveux tondues.

(Document coll. Frédéric Gondron)

Fin de l’Avenue de Gouvieux à Lamorlaye : les allemands quittent Gouvieux/ Lamorlaye avec les moyens du bord …

Navigation

Articles de la rubrique